Être ou ne pas être… sur le canapé

Il paraît que les propriétaires de chiens tombent dans deux catégories: ceux qui laissent leurs chiens monter sur les meubles et ceux qui ne le disent pas.  Combien de fois, une personne avec qui je “parlais chien” a poussé un petit rire gêné avant de passer aux aveux: “Ben, il est vrai que nous le laissons monter sur le canapé… on sait qu’on ne devrait pas le faire, mais on a tellement envie de l’avoir avec nous/ il nous regarde d’un air si triste/ on craque” (rayer mention inutile).

Je me dépêche de vous rassurer, vous pouvez décider d’avoir votre chien à côté de vous dans le canapé – ou non –  sans que cela ne compromette vos bonnes relations ni son éducation.

En réalité, ce qui compte ce n’est pas le fait que votre chien monte sur vos meubles ou pas, mais plutôt dans quel contexte. Nous plaçons, pour ainsi dire, le canapé ou le fauteuil au cœur du problème, tandis que pour votre chien, ce qui importe c’est toujours et encore votre communication avec lui.

Concrètement, si c’est vous qui prenez l’initiative d’appeler votre toutou sur le canapé (tout en appliquant les codes canins de manière globale), cela ne posera pas de problème. Par contre, si c’est lui qui tente de s’y inviter quand vous y êtes – et les stratégies peuvent varier, en commençant par le chien qui se plante devant vous en vous fixant de ses grands yeux tristes, en passant par celui qui aboie sur vous sans relâche, et jusqu’à celui qui saute sur vos genoux sans aucune gêne – vous saurez alors que ce n’est pas le moment de lui dire “oui”. Même si vous avez envie de l’accepter, décalez votre invitation pour bien lui montrer que cette décision vous appartient.

Une fois cette condition remplie, vous pouvez passer tout le temps que vous voulez à câliner votre chien sur le canapé, ou simplement regarder votre série favorite avec la boule de poils endormie à côté de vous, en ayant bonne conscience.

Si au contraire, vous préfèrez que votre chien ne monte jamais sur vos meubles, ne culpabilisez pas non plus du fait d’être trop “dur” avec lui. Vous avez bien d’autres opportunités  de lui témoigner votre affection: caresses, jeux et exercices, soins, sorties… Il peut très bien se passer de ce fauteuil moelleux!

A bientôt,

Anna