Filou, une leçon de patience

Ce n’était qu’une question de temps avant qu’on ne récidive en accueillant un autre chien “à problèmes”.

Avec ses 8 kilos et 11 ans au compteur, Filou avait quand même réussi à terroriser sa famille d’accueil au point où, désemparés, ils ont demandé P1160551qu’on le place ailleurs. Il les empêchait tout bonnement de bouger; il se plaçait dans les portes et grognait. Câlin quand cela l’arrangeait, il n’hésitait pas à se dresser et menacer un humain approchant pour le caresser au mauvais moment…où quelqu’un passant simplement près de lui. Il souillait également la maison.

En entendant ses exploits et sa triste histoire, je me suis rendue compte que ce petit chien était à la fois marqué par les abus qu’il avait vécu et doté d’une forte personnalité qui le poussait à s’imposer aux autres. Filou a été abandonné deux fois; les deux “maîtres” le battaient. Pire encore, j’ai appris qu’il vivait enfermé dans un placard pendant des années. Un lourd bagage! Mais les chiens ne cessent pas de m’impressionner par leur capacité à s’adapter et à apprendre. Ils vivent dans le présent et même s’ils se sentent plus vulnérables en vieillissant, ils ne peuvent pas se dire ” je suis trop vieux pour changer” – ça, c’est notre façon de voir les choses (qui semble nous arranger, d’ailleurs).

Filou squatte donc chez nous depuis deux mois et demi. Il faut dire qu’après la “lune de miel”, les deux-trois premières semaines, il a bien décidé de nous tester. Suite à son triste passé, il avait aussi tendance à se refugier dans un coin calme – souvent sous un meuble – et à grogner si l’on le dérangeait.

J’avoue que ses réactions m’ont fait travailler les méninges, car parfois il était difficile de savoir si telle réaction négative était liée à ses traumatismes passés, ou bien une façon de vérifier si nous étions à la hauteur.

Ma “stratégie” est, finalement, simple: appliquer très scrupuleusement les codes canins afin de convaincre Filou que nous pouvions le soulager de ses responsabilités, tout en le laissant tranquille quand il en a besoin. Ceci pour qu’il puisse s’assurer progressivement que personne ne le brutalisera ni le poussera à faire quelque chose avant qu’il ne soit prêt. Nous ne l’avons jamais poussé à la faute, il évolue à son rythme. Je n’oublie pas cette belle phrase, “There is no teaching, only learning” – l’enseignement n’existe pas, juste l’apprentissage. C’est donc Filou qui nous montre quand il est prêt à aller plus loin.P1160829

Aujourd’hui, les grognements se font exceptionnellement rares. Mais ce qui me fait le plus plaisir, ce sont les changements dans son langage corporel. On me l’a dit, il a toujours été câlin. Mais je vois que son attitude n’a rien à voir avec celui d’il y a deux mois. Au début, il réclamait notre attention frénétiquement. Mais il évitait nos mains et se plaçait de manière à ce qu’on lui gratte le poitrail avec nos pieds. Il tentait de tout contrôler, toujours aux aguets. Depuis quelque temps, je vois enfin cet “œil doux” quand je l’appelle. Il vient à nous calmement, avec respect. Il accepte détendu les caresses, avec un vrai plaisir. Il a déjà fait du chemin et s’il a besoin de temps pour aller plus loin, je veux bien  lui en donner.

Nous recherchons une personne ou une famille patiente, prête à offrir une belle retraite à ce petit chien qui se montre de plus en plus attachant…