Il mord la main qui le nourrit

Dog_almost_biting_hand_116501240La plus triste expérience pour un propriétaire, c’est sans doute quand son chien le mord ou le pince, lui ou un autre membre de la famille. Voilà pourquoi j’ai eu une fin de semaine difficile, puisque en moins de deux jours j’ai été contactée par cinq personnes me faisant part du même problème à quelques détails près.

Chaque fois, la détresse et la douleur étaient similaires. Ceux qui ont lu mon premier livre « Le Chiens Nous Parlent » savent que j’ai connu ce problème au début des années 70. Ce qui me chagrine, c’est de voir que les solutions les plus répandues sont les mêmes que celles conseillées il y a tant d’années, en commençant par l’euthanasie, comme dans mon cas, et en terminant par un ‘comportementaliste’ payé 250 livres, dont le verdict était d’empêcher le chien de monter sur le canapé, le lit etc. Quand le client lui a demandé quoi faire si cela ne marchait pas, la réponse a été que l’euthanasie serait la seule option. Deux autres personnes ont entendu leur vétérinaire suggérer que la castration « pourrait » améliorer le comportement. Malheureusement, aucun vétérinaire n’a précisé qu’en réalité, cette opération risque d’aggraver le problème.

Quand le chien mord, le propriétaire croit facilement qu’il ne l’aime pas et que l’attaque est personnelle, ce qui n’est certainement pas le cas. Il peut être très gêné d’en parler avec son entourage, voire craindre ce que les autres pourraient penser de lui. D’autant plus qu’il se noie dans les conseils contradictoires. Je  sais que je me sentais complètement perdue et désespérée, consciente que, quelle que soit ma décision, quelqu’un d’autre en paierait le prix.

Il s’agit d’une urgence, alors je vous conseille de mettre en place les mesures  suivantes, afin de contrôler vos interactions avec votre chien :

N’allez pas vers lui, mais appelez-le à vous en ayant une friandise : si vous pensez qu’il peut vous l’arracher de la main, simplement faites-la tomber près de vos pieds quand le chien arrive. Si le chien ne répond pas à votre appel, alors ignorez-le pendant environ trois heures avant de réessayer.

Evitez les sorties, le fait de sortir augmente la pression ressentie par le chien.

Evitez toute situation où vous devez passer près du chien : par exemple si le chien est dans un fauteuil, dans un couloir ou dans une porte.

Ne réprimandez pas votre chien, puisque cela le provoquerait à vous confronter. Telle situation finit par détruire confiance.

Je vous conseille aussi d’installer un portillon qui vous permet d’inviter le chien dans un espace séparé, tout en lui laissant la possibilité de voir les mouvements de tout le monde. Les membres de la famille se sentiront plus tranquilles en sachant que le chien ne peut pas les atteindre.

Evitez d’utiliser une muselière, le fait d’en mettre une peut entraîner une réaction négative du chien et compliquer davantage la situation. Notre but est de lui montrer qu’il n’a rien à craindre, nul besoin de se défendre.

Ces changements nous feront gagner du temps précieux, nécessaire d’abord pour que le propriétaire se remette à croire que le changement est possible et parallèlement pour convaincre le chien que ses gestes violents sont inutiles.

Dès que ces mesures de sécurité simples sont en place, respirez profondément et cherchez à comprendre pourquoi tout cela est arrivé, et deuxièmement, comment changer la situation calmement et simplement en adoptant la méthode Amichien.

Si vous voulez y arriver il va falloir vous remettre en question car clairement, ce que vous avez fait auparavant n’a pas marché. Entamez un changement positif et construisez un nouvel avenir avec votre chien, chez vous, en oubliant les critiques inutiles des autres.

Jan Fennell

Titre original: “Biting The Hand That Feeds”, publié le 27/01/2016

Traduction de l’anglais: Anna Mossuz, image dans le texte original. Vous pouvez retrouver le texte original, ainsi que d’autres articles par Jan Fennell, sur le site: www.janfennellthedoglistener/blog/Jan