La Patience Est Une Vertu

GraduatingDog

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a quelques jours, dans mon jardin, j’observais avec fascination un pic  qui apprenait à son petit comment se nourrir dans une mangeoire. Je n’en avais jamais vu deux se nourrir ensemble et c’est le plumage différent du jeune, sans tâches rouges, qui m’a permis de comprendre la scène.  Environ toutes les trente secondes, le parent donnait une bouchée de graines à son petit pour l’encourager à reproduire cette technique pour se nourrir. Le jeune pic avait l’air effarouché en tapant les graines avec son bec (c’est l’impression que j’ai eue!).

Plus tard dans la journée, j’ai vu des hirondelles adultes qui nichent dans les écuries, elles  encourageaient leur progéniture, emplumée depuis peu, à s’envoler. L’adulte passait plusieurs fois juste au-dessus de l’ « apprenti », ensuite, il plongeait pour lui donner un insecte à manger.

Cette patience déployée pour apprendre quelque chose aux jeunes m’a rappelé un de mes premiers voyages à Yellowstone, quand nous observions une meute de loups manœuvrant autour d’un petit troupeau d’élans. J’étais surprise quand l’un des observateurs de loups les plus expérimentés au parc, Rick Macintyre, me demanda de pointer mon télescope sur l’ombre d’un arbre.

Je dois avouer que j’étais plutôt déçue de ne pas admirer les loups qui étaient en plein vue, mais je savais qu’il y avait certainement une bonne raison de me demander cela. Heureusement que je suivis son conseil car soudainement,  deux jeunes loups noirs surgirent de l’ombre, très excités. « Ne les suis pas, garde ton œil sur l’ombre », lança mon guide et je suivis ce conseil pendant environ cinq secondes avant d’apercevoir un loup noir plus grand qui émergea au soleil et se secoua. « C’était un entraînement pour les jeunes » m’expliqua, à ma grande surprise, mon collègue expérimente. L’apparition de jeunes loups poussa les élans à s’enfuir et tous les loups se rassemblèrent, probablement affamés.

Je me tournais vers Rick. Il me dit que les loups répétaient cette leçon jusqu’à ce que les jeunes aient appris à bien choisir le moment, sans faire fuir la proie. Les loups adultes tôlèrent ces réactions impulsives avec calme et patience, en guidant les jeunes jusqu’à ce que la leçon soit apprise.

Malheureusement, nombre de propriétaires de chiens n’ont pas ce genre de patience et apparemment recherchent une « solution miracle » pour éduquer leur chien. Ils ne veulent pas prendre leur temps et ils ne connaissent pas la joie d’apprendre graduellement une nouvelle compétence au chien. Un de domaines où l’on retrouve typiquement cette attitude, c’est l’apprentissage de la marche en laisse.

La « façon Amichien » de s’y prendre est de jouer à « au pied » dans la sécurité de la maison, en utilisant la friandise pour inciter le chien à se mettre en position. Au début, il n’est même pas nécessaire d’utiliser la laisse, pour éviter de compliquer les choses et pour que l’expérience soit simple et directe.

Quand l’association positive a été créée entre les mots « au pied » (ou un autre que vous avez choisi) et  la récompense, et que le chien participe à ce jeu avec plaisir, c’est qu’il décide de répondre à cette demande de son propre gré. Au moment de rajouter la laisse, que nous n’utilisons que pour la sécurité, le collier ne sert pas à restreindre le chien. Il est là pour le guider, non pas pour le contrôler. Le chien contrôle ses actions à ce stade, en marchant à côté de son compagnon humain. L’emmener à l’extérieur avant de lui apprendre l’autocontrôle est une perte de temps. Il ne pourra rien apprendre avec toutes les distractions autour, et la laisse ne peut pas servir à l’éduquer. Une fois à l’extérieur, il est trop tard pour apprendre les « bonnes manières » à votre chien.

Personnellement, je trouve ce temps investi pour apprendre les compétences importantes à mes chiens à la fois satisfaisant et agréable. Comme le savoir-faire transmis par les oiseaux et comme toutes les compétences que les animaux apprennent à leurs petits, ce sont les compétences de la survie.

Grâce à cet apprentissage de la marche en laisse, votre chien ne vous devancera jamais de plusieurs mètres et ne courra pas sur la route juste devant une voiture, ce qui fut mon expérience aujourd’hui. Un chien portant une de ces horribles laisses à enrouleur se jeta devant ma voiture, sans que le propriétaire puisse le contrôler. Heureusement, il n’y avait personne en face et j’ ai pu l’éviter. S’il y avait plus de circulation, ce chien et son propriétaire auraient été moins chanceux. Ceci étant dit, la femme secoua son poing vers moi, puis tapa son chien – pourtant nous étions les deux innocents parmi trois acteurs de cette situation!

La patience est primordiale pour enseigner toute compétence importante. Il n’y a pas de raccourci ni de magie. Pour ceux qui sont prêts à investir du temps pour bien éduquer leur chien et pour en récolter les bénéfices, j’ai une règle générale : Si vous prévoyez une heure pour travailler avec votre chien, cela ne prendra que 15 minutes. Si vous prévoyez 15 minutes, cela prendra une heure voire plus, parce que vous serez pressés et cela vous empêchera immanquablement de réussir.

Jan Fennell

Titre original: «Patience Is A Virtue»

Traduction de l’anglais: Anna Mossuz, image dans le texte original. Vous pouvez retrouver le texte original, ainsi que d’autres articles par Jan Fennell, sur le site: www.janfennellthedoglistener/blog/Jan