Un pas en arrière?

Il y a quelque temps je vous ai présenté Filou, le petit croisé Jack Russell que nous hébergeons suite à son comportement difficile chez la famille d’accueil précédente.P1170096

Filou a bien progressé pendant les dernières semaines d’été. Pendant environ un mois et demi, il était détendu en toute situation (pourtant notre maison est loin d’être un havre de paix, avec des enfants qui courent de partout!). Son besoin de se refugier était moins marqué qu’au début. De temps en temps il aimait bien avoir sa tranquillité, mais il a tout de même 11 ans et demi. J’avoue que je m’habituais déjà à ce long fleuve tranquille!

Puis un jour, mon mari entre dans la cuisine où Filou est installé sous la table, et il entend un grognement tout bas.

La meilleure réponse dans cette situation aurait été de partir et laisser Filou seul, l’ignorer pendant quelques heures, et ensuite rétablir le contact à nos conditions, en l’appelant à nous. Or, tout le monde avait faim et on avait besoin d’accéder à la cuisine pour préparer notre repas. Filou n’était donc pas le seul à se préoccuper de sa survie! Je suis entrée dans la cuisine malgré ses menaces, et je l’ignorais sans croiser son regard jusqu’à ce qu’il se calme. Au bout d’environ 15 minutes j’ai pu prendre sa corde (toujours attachée à son collier, au cas où) et je l’ai conduit sans parler dans une autre pièce, pour l’isoler.

Peut-on dire que c’est un pas en arrière? Pas pour moi. Les êtres vivants ne sont pas des machines qui évoluent de manière linéaire. Peut-être après s’être aventuré plus loin que jamais, Filou avait  besoin de se reposer, de se rassurer que ses anciens modes de défense sont toujours efficaces.

En tout cas, depuis cette “crise” que nous avons résolu de manière très calme, Filou est encore plus facile et affectueux qu’avant. (Bien sûr, nous lui offrons notre affection à nos conditions, non pas quand il nous la réclame). Il circule sans problème dans la maison, en respectant les autres. Mieux encore, il est devenu propre, lui chez qui on soupçonnait une incontinence liée à son âge. Sorti vers 22:00 du soir, il se retient sans problème jusqu’à 7:00.

Et si dans quelque temps il se comportait à nouveau de manière inacceptable, nous lui donnerons la même réponse avec calme et patience. Quel que soit le comportement du chien, c’est notre réaction qui est primordiale. C’est toujours elle qui lui permet d’apprendre et de changer.

Le travail continue…